Affronter le regard des autres

Affronter le regard des autres | The wisdom of a unicorn
 

Si vous arrivez sur ce blog pour la première fois, vous serez peut-être intéressés par mon guide sur la médiumnité : je vous explique comment développer votre intuition en partageant mes 7 astuces. Pour télécharger gratuitement ce guide, cliquez ici.

Vous serez redirigé sur un autre onglet et pourrez continuer votre lecture ensuite sur cette même page.

J’en parle peu mais avant de faire ce que j’appelle mon “coming out ésotérique” en Février 2018, il y avait une sorte de non-dit dans ma vie. Une sorte de gêne qui m’empêchait de dire ce que je ressentais et ce que je vivais au quotidien. Seule ma psy, la personne avec qui je vivais et mon meilleur ami étaient au courant. Et puis un jour j’en ai eu marre de ne rien dire. C’est vrai ça, beaucoup de gens en parle ouvertement et eux on ne leur dit rien. Alors pourquoi moi j’avais peur de dire qui j’étais au fond de moi ?

Faire son coming out

Parce que c’est de ça dont il s’agit. Faire son coming out. Le coming out ou “dévoilement” en français, est une étape essentielle du processus d'acceptation. On assimile cette expression à l’acceptation de son orientation sexuelle. D’ailleurs, l’expression, qui vient des États-Unis, est un terme abrégé de “to come out of the closet” et se traduit par “sortir du placard”. Et bien dis toi qu’en ésotérisme, c’est pareil. On se met dans un pseudo placard pendant des années sans dire qui l’on est vraiment. Et parfois, certaines personnes n’oseront jamais en parler. Je parle ici des générations plus anciennes qui ont ressenti une sorte de honte ou de “non, ils vont dire que je suis fou / folle alors je me tais.”

Oui l’ésotérisme est al vu encore aujourd’hui, même si les consciences s’éveillent et on a beaucoup de mal à en parler. Mais dire que l’on pratique ou que l’on possède certaines capacités, ça reste difficile pour certain-e-s à tel point que j’en viens à parler de véritable “coming out” vécu comme une libération une fois que l’abscès sera percé.

En parler autour de soi c’est commencer à s’accepter soi-même

Mais au commencement il faut d’abord accepter qui l’on est au-delà de comprendre le pourquoi. C’est difficiel quand même d’en parler autour de soi. J’imagine tellement dire : “Enchantée, je suis Virginie. Oh, je peux voir que vous êtes accompagné. Pardon ? Oh oui, je ne vous ai pas dit, il y a un homme à côté de vous, qui semble être un ancêtre et qui essaie de vous parler … “ Sympa la rencontre !

Avant d’en arriver là, parce que oui, un jour on y arrive quand même, il faut accepter de vivre avec ces capacités qui se sont ouvertes et apprendre à vivre avec, à les apprivoiser. Parce qu’elles arrivent, comme ça, un peu brouillon, dans le désordre et on ne sait pas quoi en faire.

Pour ma part, je suis tout de suite allée voir une médium pour confirmer tout ce qui m’arrivait. Bon avant je suis quand même allée voire une psy parce que je me pensais folle. Mais je suis tombée sur une psy super ouverte qui m’a elle-même dit, sans que je lui dise quoi que ce soit de mes capacités, que parfois, les défunts nous faisaient des signes de l’au-delà. Moi j’y ai vu comme un signe et je lui ai alors parlé de ce que je vivais. Une fois qu’elle a eu confirmé que je n’étais pas folle, saine d’esprit et équilibrée (oui oui j’ai un mot !) un truc c’est ouvert en moi. Ma psy m’avait clairement dit que je n’étais pas folle. Une médium avait confirmé mes capacités. Qu’est-ce qui me retenait pour en parler ?

Alors j’ai commencé doucement. J’ai suivi deux stages d’ouverture au troisième oeil, j’ai lu quelques livres et rencontré des personnes du milieu médiumniques et ésotériques. Et je peux dire que ça fait un bien fou de parler avec des personnes “comme moi”. Des personnes qui comprennent ce que je vis. Et puis si toutes ces personnes étaient folles, ça ferait vachement beaucoup de fous ! Ces rencontres m’ont donné et me donnent encore confiance en moi, confiance en qui je suis.

Voilà comment moi j’ai apprivoisé mes capacités, comment j’ai accepté qui je suis au fond de moi. Bien évidemment chacun à sa façon de s’accepter soi-même. La mienne n’est pas universelle. Elle donne des pistes quand on ne comprend pas ce qui nous arrive.

Et quand on comprend ce qui nous arrive, il faut alors l’accepter. Accepter d’accueillir ce qui va changer notre vie et notre façon de voir la vie. Et c’est dur d’accepter. Certains refusent. Et sont des médiums qui s’ignorent ou alors qui le savent mais ne veulent pas pratiquer et “bloquent” leur capacités. Chacun est libre de faire ce qu’il veut de ses capacités et je ne suis pas là pour vous dire de les accepter si vous ne vous sentez pas prêt ou si vous ne le souhaitez pas. Car c’est un long chemin à faire avec soi-même que d’accepter cette nouvelle vie.

Pourquoi on a peur du regard des autres

Et c’est là que ça devient difficile : assumer qui l’on est face aux autres. Sans forcément le dire ouvertement, on peut le dire à demi-mot.. ou ne rien dire et vivre sa vie normallement et laisser ces “autres” venir à nous.

Le regard des autres c’est se sentir jugé. Parce que le regard des autres n’est malheureusement pas aussi bienveillant que l’on pourrait le croire ou le vouloir. Même si on assume qui l’on est et que l’on est en accord avec soi-même, parfois on préfère cacher qui l’on est plutôt que de s’expliquer et faire face à des discours ou des propos qui nous jugent.

Et puis le regard des autres c’est aussi le regard de sa famille et de ses ami-e-s qui pourraient nous décevoir, nous blesser. Alors pourquoi ne pas laisser les choses telles qu’elles le sont. C’est à dire : cacher et vivre de bonnes relations. Moi je dirais : pourquoi ne pas accueillir les questions que l’on va nous poser, ces critiques, pourquoi ne pas les accueillir, expliquer sans vouloir faire adhérer à une idée. Puisque chacun à le droit de penser et de croire en ce qu’il veut. Pour moi ce qui est important c’est le respect.

Et puis, pourquoi avoir peur ? Parfois on peut être étonné de la réaction des autres. Des personnes que l’on ne soupçonnait pas peuvent parfois ressentir eux-même, ou s’intéresser à la médiumnité, au paranormal.

Un jour j’avais mal dormi. Ma grand-mère était passée me voir. Elle me demande comment je vais, je lui réponds avoir mal dormi et là elle me répond : “Ah toi aussi on t’a parlé ?!” avec un regard pétillant. Imagine ma réaction : “Mais Madame, qui êtes-vous ? Je crois qu enous devons avoir une conversation” Après je me suis dit : Pourquoi ne pas lui avoir parlé avant ? Pourquoi ne pas en avoir parlé ? Peur de ses questions peut-être ? Peur qu’elle me dise que c’est “du n’importe quoi”. Et puis quand je parle de mon blog au quotidien, beaucoup de personnes me demande sur quel thème je blog. Alors je le dis. Et puis là partent des questions jusqu’à ce que je parle de mes capacités médiumniques. mais parfois ce n’est pas le cas. Parfois, tu verras d’emblée que les personnes de ton entourage son réfractaires à la spiritualité, à en parler, à entendre. Perso, quand je sens que cette personne n’est pas ouverte, je n’en parle pas ou coupe court à la conversation pour garder une conversation cordiale.

Alors moi, j’ai deux tips pour ne plus avoir peur du regard des autres et dire ouvertement qui nous sommes, même si je n’aime pas dire “qui nous sommes” parce que nous sommes des personnes normal dotées de capacités médiumniques. C’est tout. Alors je vais réécrire cette phrase : j’ai deux tips pour ne plus avoir peur du regard des autres et parler ouvertement médiumnité :

  • Demande-toi ce qui te fait peur surtout dis toi que ça ne te tuera pas. Au mieux tu feras du tri dans ton entourage.

  • Amène le sujet délicatement en partant d’une activité, d’un achat, d’un article que tu as lu et analyse la réaction de la personne que tu as en face de toi. Là tu sauras si tu peux en parler ouvertement ou si tu devras “te taire à tout jamais” face à cette personne.

Une société formatée

Parce que oui, je pense, et c’est mon opnion qui n’engage que moi, que nous vivons dans une société formatée. une société qui a longtemps diabolisé l’ésotérisme et la médiumnité à coup de clichés, de moqueries et de fausses croyances. Si bien que dès que l’on parle contact défunt ou guidance par les cartes, il y a comme un mur qui s’érige entre l’interlocuteur et nous. Un mur de : “non c’est pas vrai” “c’est du charlatanisme”. Heureusement nous vivons à une époque où la spiritualité fait son entrée dans la vie quotidienne, où les mentalités changent et s’ouvrent.

Donc le regard des autres ne devrait pas te poser de problèmes puisque tout le monde parle spiritualité !

Et si on suivait notre chemin

Et si on arrêtait de se poser un tas de questions sur comment affronter le regard des autres, de sa famille, de ses amis. Et si on vivait simplement sa vie sans se soucier de ce que pourrait dire ou penser les autres. Et si on s’affranchissait de ce à quoi la société voudrait que l’on ressemble.

Cet article n’aurait pas lieu d’être. Et cela voudrait dire que nous vivrions dans un monde ouvert et tolérant. Wait ! On vit déjà dedans … Ou tout du moins, il le devient. Alors suivons notre chemin, sans se poser de questions et éduquons ces autres à nous voir tels que nous sommes et si cela ne leur convient pas, tant pis. Avançons avec ou sans cette relation. Nous ne pouvons pas obliger l’autre à nous comprendre, à adhérer à nos idées. Nous ne pouvons que l’inviter à accueillir ou non nos mots.

Ebook 7 astuces pour développer sa médiumnité pdf

Tu veux développer ta médiumnité ?

Reçois gratuitement mes 7 astuces pour développer sa médiumnité en format pdf par email