Les chasseurs de fantômes

 
Les chasseurs de fantômes | The Wisdom of a Unicorn
 
 

Si vous arrivez sur ce blog pour la première fois, vous serez peut-être intéressés par mon guide sur la médiumnité : je vous explique comment développer votre intuition en partageant mes 7 astuces. Pour télécharger gratuitement ce guide, cliquez ici.

Vous serez redirigé sur un autre onglet et pourrez continuer votre lecture ensuite sur cette même page.


Salut. Cet article est mon article. C’est à dire que j’y écris ce que je pense sans pour autant offenser ou dénigrer qui que ce soit. Je ne dis que ce qui est de notoriété publique. Il se peut que je ne donne pas ou peu de noms de groupes d’enquêteurs ou de chasseurs de fantômes. Mais c’est volontaire. Je ne parle que de ce que j’aime, de ce que je regarde. Si tu souhaites parler de groupes ou de noms dont je n’aurais pas parlé, me les faire connaître ou me donner ton opinion, n’hésite pas à laisser un commentaire !

Ça faisait longtemps que je souhaitais faire cet article. Mais je n’osais pas tant que je ne l’avais pas moi-même expérimenté. Les chasseurs de fantômes m’ont toujours fascinés. Et ça a commencé avec le Scoobie Doo Gang (ouais je sais, v’là les références) et puis les lectures, les séries, les émissions télé pour arriver aujourd’hui aux vidéos youtube et aux différents groupes de “chasseurs de fantômes”. Ce qui me passionnait à la base c’était de vouloir voir, entendre et avoir peur. Bah oui, les phénomènes paranormaux existent et tout ce que l’on veut c’est voir …

Sauf que, en réalité, avec le temps, mon ouverture spirituelle et mes expériences personnelles je me suis rendue compte qu’un “chasseur de fantômes” c’était beaucoup plus que ce que la société en montrait.

C’EST QUOI UN CHASSEUR DE FANTÔMES

Je n’aime pas ce mot “chasseur de fantômes”. On ne chasse pas un fantôme. Un esprit, une entité. On l’appelle. On cherche des preuves. On teste. On expérimente. Quand on parle de chasse, on pense à la traque, à la satisfaction que l’on peut avoir à récolter ce que l’on chassait. C’est un peu ça en fait. C’est traquer des preuves du paranormal. Mais en toute bienveillance. En connaissance des risques, du milieu ésotérique, spirituel et quelques notions de sciences et surtout assez terre à terre pour reconnaître qu’un phénomène n’en est pas un. Alors je préfère employer le mot “enquêteur”.

Mais ce n’est pas notre faute en fait. Le terme “chasseur de fantôme” tire ses racines des states, où l’on va parler de Ghost Hunt pour “la chasse aux fantômes” et Ghost Hunters pour “les chasseurs de fantômes”. C’est très répandu aux Etats-Unis. La culture est beaucoup plus ouverte qu’en France quant aux phénomènes paranormaux et les présence d’entités dans des lieux. Il y a même des émissions de télé dédiées. Bien que maintenant, on en trouve de plus en plus sur Youtube.

Tu l’auras compris, un “chasseur de fantômes” enquête sur les présences invisibles dans des lieux et sur les phénomènes dits paranormaux qui y sont liés. Il peut travailler seul, à deux, ou en groupe (comprendre plus de 2 personnes). En terme de noms, en voici quelques un en qui j’ai confiance et que je trouve très sérieux dans leur démarche. Ceci est mon avis, qui peut ne pas être le tien.

  • La Nuit du Chasseur groupe d’enquêtrices, présent aussi en VOD sur Viméo

  • ParanormaLife chercheuse en paranormal et chasseuse de fantômes

  • Le Grand JD pour sa série Phantasma et son côté très terre à terre.

  • RIP qui ne poste plus de vidéos actuellement mais les précédentes enquêtes sont de bonne qualité

  • The Belivers pour le matériel utilisé

Ici des liens en Français. Bien évidemment, il y a de très bons enquêteurs américains, britanniques etc, mais je ne regarde pas. Je préfère en suivre très peu, et quant au reste francophone que je n’ai pas mentionné, c’est juste que je n’aime pas ou alors j’ai été déçu par certain épisodes ou alors n’ai jamais regardé.

UNE DÉMARCHE

Parce que c’est ça aussi. Une démarche. Il y a ceux qui veulent se faire peur, ceux qui veulent à tout prix des vus sur youtube et qui sont prêts à tout, même à faker (comprendre, truquer leur vidéo), ceux qui font des vidéos pour l’argent et les autres. Les passionnés. Sont qui cherchent des réponses, ceux qui font participer leur communauté, ceux qui ne sont pas convaincus, qui même après des années d’enquêtes restent étonnés de ce qu’ils entendent, voient, des résultats de leur enquête. Et c’est ça au fond qui me fait aimer un groupe d’enquêteurs, de “chasseurs de fantômes”. Ces groupes ou ces personnes qui n’hésitent pas à se remettre en question, à demander à leur communauté ce qu’ils voient ou entendent dans une vidéo ou un PVE.

Cette notion d’enquête, pour moi, est très importante. Parce que derrière une enquête il y a une démarche. Et pour moi, elle doit être saine. Parce qu’il faut avoir du respect pour l’invisible, pour les entités et avoir un minimum de connaissance en spirituel et ésotérisme. C’est ce qui pour moi rend un groupe d’enquêteurs ou un enquêteur interessant. C’est pouvoir mettre sur pause les vidéos et vouloir débattre, s’interroger, noter.

DU MATÉRIEL SPÉCIFIQUE

On peut tous être enquêteur, On peut tous être chasseur de fantômes. Mais il faut s’équiper. Dans son livre

Et pour l’avoir vécu, je dirai :

  • une lampe de poche

  • un K2*

  • un POD qui détectera les mouvements

  • un thermomètre numérique / infrarouge qui permettra de constater des variations de température inopinés

  • un pendule ou planche de OuiJa

  • un carnet et un crayon

  • un enregistreur audio numérique et des écouteurs de bonne qualité pour la TCI* ou une spirit box*

  • de la vidéo pour filmer l’enquête car parfois les phénomènes sont invisibles à l’oeil nu

  • un appareil photo

  • Ce que je trouve dingue aussi et qu ej’aimerai tester sur une enquête, une xbcam (caméra d’Xbox) qui est équipée d’un laser infra-rouge projetant des points lumineux, permettant de capter des phénomènes, par exemple une silhouette.

  • du courage et du sang froid.

*K2 : Détecteur EMF (ElectroMagnetic Field, champ électromagnétique). A l’origine, il s’agit d’un instrument de mesure scientifique. Mais il est très populaire dans le domaine du paranormal car il permet d'obtenir une mesure objective de l'activité paranormale d'un endroit en réagissant à la présence d’un champ électromagnétique. Du coup quand on l’utilise, il est d’usage de mettre son téléphone en mode avion pour ne pas biaiser les résultats.

Mais attention. Le K2 et le POD ne se déclenchent pas forcément si il y a une entité. On peut être en présence d’une entité sans qu’aucun des deux se déclenchent. Aussi, en enquête, il est très important d’éteindre son téléphone pour ne pas perturber les champs magnétiques et par la même occasion, déclencher les appareils …

*TCI : Transcommunication Instrumentale. Moyens technique (radio, télévision, magnétophone, enregistreur audi etc.) pour la réception des messages.

*Spirit Box : Une radio à balayages de fréquences, permettant la communication. Attention, la spirit box fait beaucoup de bruit. Perso, je préfère (je ne fais pas d’enquête, mais de ce que j’en vois) l’enregistreur numérique, plus facile pour les analyses de PVE

La nuit du Chasseur Paranormal expérimente et dans les ateliers auxquels j’ai participé Manu s’est inspirée des travaux d’Eusapia Palladino, grande médium, et a placé du sable cinétique et de l’argile dans l’espoir d’avoir une trace dessus.

Est-ce qu’on est “obligé” d’avoir tout ce matériel pour partir en enquête ? Non. Vraiment pas. Le matériel, le bon, ça coûte cher et il vaut mieux s’en équiper petit à petit. Il faut s’équiper du matériel qui nous semble pertinent pour enquêter. Et puis chaque méthode évolue. On peut commencer avec un K2, un POD et un enregistreur audio. Et puis au fur et à mesure, se dire que l’on va ajouter du matériel parce que cela pourrait apporter une net différence dans l’enquête. Le tout est de savoir ce que l’on recherche.

7 astuces pour développer sa médiumnité PDF | Virginie Barba - Médium

Tu veux développer ta médiumnité ?

Reçois gratuitement mes 7 astuces pour développer sa médiumnité en format pdf par email

UNE HISTOIRE DE PERSONNES

Et puis il y a le groupe. Les personnes qui font le groupe. Ah oui, parce que enquêter seul-e n’est pas conseillé. Vraiment pas. Pourquoi ? Une question de bon sens si il t’arrive quoi que ce soit pendant la nuit d’enquête. Ou alors si tu décides d’enquêter seul, prévoit un back up, une personne que tu peux appeler, ou qui n’est pas loin. Mais vraiment, deux est un minimum pour enquêter, à mon sens.

Et puis c’est bien la diversité non ? Mais au delà de la diversité ce qui fait un bon groupe d’enquêteurs c’est, à mon sens, une bonne cohésion de groupe et une question de confiance en chacun. C’est vrai ça, imagine, tu passes des heures dans le noir avec une personnes, tu passe du temps en amont à préparer ton enquête et puis pendant tu as des ressentis, tu entends etc. Vraiment il faut pouvoir supporter littéralement les membres de ton groupes. Et ça, je m’en suis apperçu durant la Nuit Ghost Hunt. On ne peut pas s’entendre avec tout le monde, chacun a sa personnalité et oh mon dieu, son caractère. Et oui, le samedi soir, j’ai pris sur moi car dans mon groupe il y avait deux garçons que j’ai eu du mal à supporter. Non pas qu’ils étaient méchants etc, je ne les connais pas, mais caractériellement parlant, ça ne collait pas. Et j’ai réellement pris sur moi : comprendre je me suis éloignée et séparée le plus possible quand l’occasion se présentait pour ne pas avoir à être en atelier avec eux ou les entendre.

Et puis les groupes c’est chouette aussi parce que chacun à des capacités qui lui sont propres. Et bien oui. On peut faire un groupe avec des personnes qui veulent découvrir, des personnes qui ont des capacités médiumniques, des personnes qui ont du matériel etc. Chacun apporte sa touche et je trouve ça vraiment chouette de voir sur Youtube des personnes qui se complètent et ça rend une enquête intéressante.

Et puis avoir dans son groupe une personne qui a des capacités médiumnique c’est chouette pour parler aux entités présentes et pourquoi pas leur demander de partir, leur expliquer qu’ils sont décédés ou alors les faire rejoindre la lumière …

Ça, c’est ma conception d’un groupe de chasseurs de fantômes, d’enquêteurs du paranormal. C’est comme ça que j’apprécie les vidéos que je regarde.

Et puis il y a l’humilité bordel ! Ouais l’humilité, ce mot que certains chasseurs de fantômes oublient parfois. Attention, je balance, mais sans noms parce que je ne suis pas une …. .

GENTIL WARNING

Car il faut se l’avouer, il y a des groupes qu’on a pas envie de suivre, des groupes ou des personnes que l’ont trouve puant-es tellement ils se la pètent, ou alors parlent mal aux défunts, ont trop d’assurance, fake aussi, parce que hélas ça arrive pour faire des vues. Des personnes qui en rajoutent, des dramaqueens ou kings, des enquâteurs qui en font tout un monde ou alors les inexpérimentés qui font n’importe quoi.

Bah oui. Moi ça m’agace aussi de voir tout et n’importe quoi sur la toile. Le monde du paranormal n’est pas le monde des bisounours. A coup de “débunk”, malintentionnés ou avérés, des gars décrédibilisent la chasse aux fantômes, ridiculisent même certains enquâteurs qui ne le méritent pas. Pourquoi ? Pour faire des vues tiens ! Pour montrer que leur vidéo elles, sont bien et que celles des autres sont fausses.

Aller, j’arrête de m’emporter. Ce gentil warning, il est là pour te dire, mais tu le sais déjà, d’avoir l’esprit ouvert mais également d’avoir un esprit critique sur ces groupes d’enquêteurs du paranormal, ces chasseurs de fantômes que je respecte tant.

MOI CHASSEUSE DE FANTÔMES ?

J’ai vécu mes deux premières Nuit Ghost Hunt avec La nuit du chasseur paranormal et Paranormallife. Deux nuits enrichissante où j’ai beaucoup appris. Sur les méthode de travail d’un enquêteur paranormal. J’ai été concquise par leur méthode de travail, leur cohésion de groupe et surtout leur approche. D’ailleurs je rempile pour la prochaine le 14 Septembre prochain en Normandie !

J’ai vécu de belles choses et nous avons eu des phénomènes physiques, olfactifs et vocaux, audible à oreilles-nues. J’ai pris conscience que je n’étais pas prête à enquêter pour le moment. Je ne suis pas faite pour travailler en groupe, ou tout du moins un groupe que je ne connais depuis moins de 24 heures. J’ai aussi pris conscience de mes capacités sur le terrain et pas en consultation. Ce qui vient à moi, ce que je contrôle, ce que je ne contrôle pas. J’ai étais au bout de moi je pense. J’ai peur du noir. J’ai combattu ma peur du noir en enquêtant de nuit et en s’enfermant dans une chambre à 3 pour les ressentis. J’ai décliné l’immersion seule dans le noir.

Je pense que, pour moi, ces nuits Ghost Hunt ce sont des sortes de formation pendant lesquelles je peux vivre pleinement mes capacités et apprendre à les maîtriser et à me connaître un peu plus, la Virginie qui a des capacités. Jusqu’où suis-je capable d’aller, de protéger, d’aller au devant pour consoler le fantôme d’une petite fille par exemple ?

Et toi ? Tu es fan comme moi ? Tu suis des groupes sur le web ? Tu fais partie d’un groupe ? Tu cherche un nouveau membre ? (genre nooooon, je ne cherche pas un groupe non plus) ? Tu as un avis sur le sujet ? Laisse ton commentaire !

Pour en savoir plus sur les chasseurs de fantômes, je te recommande vivement le livre de Rich Newman La Chasse aux Fantômes pour débutants aux éditions Alliance Magique