C'est quoi la médiumnité ?

La médiumnité c'est la capacité à pouvoir communiquer avec des entités qui se trouvent sur un autre plan que le notre. C'est pouvoir entendre, voir, ressentir ce que tous les autres ne peuvent pas entendre, voir, ressentir mais qui est bien là. Le médium est là pour faire passer des messages, aider les vivants dans leur chemin de vie, passer des messages, mais aussi aider les défunts à passer dans la lumière. Il y a plusieurs médiumnités, plusieurs types de médiums car il existe plusieurs types de dons. Et parfois, une seule et même personne peut avoir plusieurs de ces dons.
 

C'est vraiment un blog sur les licornes ?

Non. Mais oui aussi. J'aime les licornes pour ce qu'elles représentent. Je pars du principe où une licorne est éphémère, rare, mais apporte du beau dans la vie. La licorne est le guide spirituel parfait. Une licorne a une philosophie de vie bien particulière. Elle est là pour nous inculquer une nouvelle façon de voir les choses, de penser autrement. Et c'est ça The Wisdom of a Unicorn. Une vision différente de la médiumnité.
 

ça fait quoi d'être médium ?

Bah ça fait rien. J'ai toujours été médium, mais je ne l'avais pas accepté et ne l'avais pas dit au monde entier. Le médium, où toute autre personne dotée d'une capacité exceptionnelle (un don quoi) est une personne normale qui apprend à vire avec au quotidien. De mon côté, le plus embêtant est d'entendre des voix au moment du couché ou la nuit. Mais je m'y fais. Je suis aussi hypersensible et empathe (je ressens ce que les gens ressentent).

En gros, ça ne me fait rien. Je suis comme je suis, je vis avec, j'aide quand je peux aider. Aujourd'hui je découvre, je fais de belles rencontres avec des professionnels ou pas d'ailleurs, des gens qui prennent conscience de leur don et qui ne sont pas décidés à en faire leur métier. La seule chose qui a changé chez moi c'est qu'au quotidien

je me dis qu'il n'y a pas de hasard. Il n'y a que des connexions.

 

Est-ce que tu vois des fantômes ?

A l'heure où j'écris ces lignes, parfois. Sous des formes différentes comme des ombres pas définies, des ombres de corps humains, des morceaux de corps comme des jambes et des pieds, mais pas le haut, par flash également ou encore (et pour le moment cela n'a été qu'une seule fois) voir comme je vois des gens au quotidien mais rapidement. Je sais que ça va se développer avec le temps, alors je me prépare à ce que je vais voir.
 

Est-ce que tu crois en dieu ?

J'ai eu une éducation catholique. Mais Dieu et moi on a eu une petite dispute il y a quelques année, il y a 10 ans et puis ça a continué. Parce que je ne concevais pas que l'on puisse reprendre des personnes si jeune, qui voulaient juste vivre. Aujourd'hui, je tends à me reconcilier avec la prière, je vais mettre un cierge dans une église. Bref, mon chemin est encore sinueux, mais on y arrive ^^' Mais quoi qu'il en soit, je crois aux anges, présents dans nos vies.
 

Tu parles beaucoup de deuil, comment tu as fait pour surmonter le tien ?

Surmonter, je dirais plutôt survivre. Ma maman est décédée le 6 Juillet 2013. J'ai été triste à en crever. Je suis encore triste à en crever mais j'ai appris à vivre avec.

Inconsciemment je me suis créé un chemin de thérapie. J'ai commencé par une retraite spirituelle au moment où je me sentais étouffer chez moi. J'ai pris de l'homéopathie pour calmer mes angoisses (jamais de médicaments, je devais surmonter ma tristesse et apprendre à vivre avec), pris un long arrêt de travail qui s'en est suivi d'un mi-temps thérapeutique et d'un suivi avec une psychologue.

Je suis également allée voir une médium pour répondre à une question à laquelle les médecins ne pouvaient pas répondre. Et puis j'ai croisé la route de Jocelyne Soyez, auteure de "Un Phare dans la nuit" qui m'a aidé à terminer mon étape de deuil.

Et puis un jour, je suis allée mettre un cierge à l'Eglise. J'ai pleuré pendant 45 minutes assise sur une chaise. Je ne pouvais plus bouger et en même temps je me sentais appaisée. Comme si quelqu'un était près de moi. Aujourd'hui, je n'ai pas surmonté mon deuil, je vis avec. J'ai appris à le comprendre, à me comprendre.